La Team

Découvrez la marque Sakina M'Sa...

 

 

L'histoire de la fondatrice

Je m’appelle Sakina, je suis créatrice de mode durable, mais je préfère dire « mode éclairée ». Comme au siècle des Lumières, je suis persuadée que des entrepreneurs  de bonne volonté peuvent agir contre l’obscurantisme de la Fast Fashion. 

L’image de la France des Lumières sonnait comme une incandescence pour la petite fille des Iles de la Lune que je suis. La France, sa Révolution, cette soif de culture immense, illuminaient mes rêves lunaires. Mon île est à 7.951,18 km de Paris, mais ayant vécu depuis toute jeune en France, du Sud au Nord, de Marseille à Paris, j’ai l’impression d’avoir parcouru plusieurs fois cette distance tout au long de ma carrière.

J’ai été inspirée par deux femmes. Coco d’abord, ma grand-mère animiste et féministe. Elle était dans les années 60 une des rares femmes célibataires à élever seule ses enfants dans un village qui « jasait » et était prompt à traiter de sorcières les femmes libres. C’était en fait une merveilleuse « célibatante ». Elle m’a transmise le gout de la liberté, de la « sororité », mais aussi du plaisir du chiffon. Coquette elle s’habillait de robes en « chiromani » avec toujours (très important pour elle) une poche pour son tabac, son couteau et ses secrets. La seconde est ma mère Amina, une femme ravissante et admirable qui a été la première à me faire un défilé de mode à la maison. Elle avait un compte chez un « épicier du vêtement », rue du Tapis Vert (le Sentier marseillais). À chaque nouvelle coupe ou nouvel imprimé, elle était la première à s’y coller avec humour et gravité. Je suis devenue punk, et « bricoleuse » de l’âme vestimentaire. Ma crête orange, mon jean, mes tee-shirt lacérés me donnaient une forme de liberté d’écriture de soi, presque insolente.

Lorsque j’ai créé ma marque éponyme il y a 15 ans, j’avais l’ambition d’inventer une chaîne de valeurs inclusives où les personnes en difficulté, les ateliers des pays du Sud seraient impliqués dans un respect de la dignité humaine. Mon atelier du tissu social dans une tour du quartier de la Noue dans le 93, mes work-shop dans les Favelas du Brésil ou les Township de Johannesburg ont inspiré un désir de mode éclairée…

Ayant choisi le statut d’entreprise d’insertion, je m’inscris dans le mouvement du « social business » pour une économie humaine et inclusive. Un essentiel pour moi : vous ouvrir les archives de la pop-couture, et avec le vêtement embellir le quotidien du plus grand nombre, pour toutes les familles.

Je conçois l’habit, comme un matériau social et la mode comme un outil de valorisation et d’émancipation. C’est dans cette démarche que je réalise une fois par an, depuis huit ans, un défilé de mode à Fleury Mérogis, la plus grande prison d’Europe. En 2015, l’ouverture  de « Front de Mode », (un concept store physique dans le 3e arrondissement de Paris)  m’a permis de réunir les talents de l’écosystème de la mode durable. Tout ces projets ont eu lieu grâce à une merveilleuse équipe, qui a toujours été là. Je suis profondément reconnaissante du soutien, des rires, des moments où nous partons en live dans le studio, mais aussi de nos combats et de nos rêves de modes toujours puissants et inspirants. 

 

 

La team éclairée

Comment on est ? Qui sommes nous ? 

Allez, voilà un scoop... On vient au studio tous les jours avec nos habits de lumière. Bon ça c’est un peu le côté cacous et cagoles marseillais(e)s !

Sakina M’SA, c’est le studio des Lumières. 💙 

On a rejoint la créatrice pour certains en passant par hasard au Front de Mode car on habite rue Volta , pour d’autre dans un talk... Bref, on avait envie de rejoindre un projet qui donne du sens à notre quotidien. Un projet qui nous donne du smile pour aller au bureau. Un projet qui soit optimiste et bienveillant. 

Le truc drôle c’est que nous sommes à 80% marseillais, mais c’est vraiment le hasard. On rêve de travailler entre Paris et les Calanques. Sakina a son petit cabanon au Vallon des Auffes que nous allons tous squatter régulièrement pour l’inspiration ou pour les shootings éclairés.

Avant de rejoindre "le studio des lumières", nous avons travaillé dans la communication pour des politiques ou dans de grosses agences de publicité ou de communication, mais aussi dans la communication digitale pour des marques de modes. 

On était fiers de rejoindre la marque Sakina M’Sa car, depuis longtemps déjà, elle ne suivait plus le rythme infernal des collections (4 à 6 par saison).  

La marque vit simplement, avec parfois des difficultés mais surtout une générosité d’engagements multiples auprès des personnes dans le besoin.  

L’entreprise est allée jusqu’à ouvrir un store (Le Front de Mode) pour éduquer, vendre de la mode éclairée en regroupant d’autre marques engagées.

x